Le concept

La Captothèque est une plateforme qui permet à chaque citoyen de la région Auvergne-Rhône-Alpes d’emprunter un micro-capteur de mesure de la qualité de l’air, sans condition de ressources. Chaque citoyen pourra ainsi mesurer librement et comprendre la qualité de l’air qu’il respire sur son territoire.

 

Le citoyen, au cœur de l’amélioration de la qualité de l’air

 

La qualité de l’air est un sujet important sur nos territoires et chacun d’entre nous, citoyens, par nos choix de consommation et d’activités, avons un pouvoir sur la qualité de l’air que nous respirons. Ainsi, le citoyen est au cœur de l’amélioration de la qualité de l’air. Il devrait donc logiquement avoir le pouvoir de la connaissance et de l’action sur le sujet.

 

Réunir les citoyens et la surveillance de la qualité de l’air

 

Si le citoyen est au cœur de la solution, il n’est pourtant pas au centre de l’écosystème classique de surveillance de la qualité de l’air sur nos territoires. L’information et les connaissances sur la pollution de nos territoires ne sont pas forcément diffusées de façon optimale, et surtout ne profitent pas de l’observation accrue des populations qui la respirent. Ainsi nous voulons ouvrir une nouvelle voie : puisque le citoyen est la solution, pourquoi ne mettrions-nous pas la solution au centre du système de surveillance ?

 

Des micro-capteurs pour mieux comprendre notre air

 

Pour réussir , il nous fallait trouver le meilleur moyen pour à la fois réunir, sensibiliser et échanger localement autour de la qualité de l’air. L’expérimentation Mobicit’air, menée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et soutenue par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la métropole de Grenoble a montré que les micro-capteurs de mesure de qualité de l’air utilisés dans une logique de participation citoyenne remplissaient ces objectifs.

Déployés largement, les micro-capteurs pourraient fournir au système de surveillance d’importants volumes de données à des échelles spatiales et temporelles plus fines, notamment sur les territoires non outillés actuellement. Mais au delà de la technique, l’expérimentation citoyenne et la mesure individuelle de la qualité de l’air permet à chacun de définir librement sa propre stratégie de mesure, de mieux comprendre et appréhender les différents phénomènes locaux.

 

Outiller équitablement les citoyens et les territoires

 

Ainsi, à l’écoute de ces résultats et de l’intérêt de communautés locales sur le sujet de la mesure individuelle de qualité de l’air, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de lancer la Captothèque. Ce service permet à chacun d’emprunter gratuitement un micro-capteur de mesure de la qualité de l’air et de l’utiliser librement. Les données récoltées peuvent être visualisées et partagées avec la communauté. Sur certain territoires, un accompagnement est proposé afin d’inviter les citoyens à mesurer des phénomènes de pollution spécifiques.

En proposant ce service, notre ambition est de placer les citoyens concernés au centre de la surveillance de la qualité de l’air pour démocratiser et amplifier au niveau local les initiatives et connaissances sur l’air.